On voulait des poules pour les oeufs, mais aussi pour manger du bon poulet... Ok sur le principe !

Mais passer à l'acte, c'est autre chose... A l'âge de 18 ans j'ai écrasé une souris en mobylette, et bien j'ai déprimé pendant une semaine, culpabilisant à mort (c'est le mot).... Alors assassiner un poulet pour le manger, vous pensez !

Les 6 premiers mois, on a arrêté d'acheter du poulet (on mangeait déjà peu de viande, à part du poulet...) en se disant c'est ridicule, on ne va pas en acheter du mauvais alors que l'on en a plein dans le jardin... Ben on n'a pas mangé de poulet pendant 6 mois...

Puis est venu le temps de la première couvaison, peu fructueuse puisque n'est né qu'un seul poussin, que l'on a appelé Piou. Evidemment pas question de tuer Piou pour le manger ! Donc encore raté...

Puis est venu le temps de la deuxième couvaison: là plusieurs poussins sont nés. Pas question de commettre la même erreur: pas de nom pour les poussins . Quand on allait les voir on disait "bonjour la viande", histoire de se conditionner un peu. La viande a grandi, et il a fallu se raisonner: il faut passer à l'acte, sinon le fait d'avoir des poules n'a plus de sens dans notre logique de tentative d'autarcie alimentaire... Mais comment faire ? J'ai avalé plusieurs manuels du parfait petit aviculteur, cherché des heures des infos sur internet...

Finalement on opte pour le tranchage de gorge, net et radical... Beurk... Mon mari se charge de le tuer, je me charge du reste, ok....

On s'est préparé au pire psychologiquement pour affronter "la viande".

Le premier poulet n'a pas souffert (il ne s'est rendu compte de rien), mais on était crépi tous les deux de sang... vraiment dégueu....La tête git parterre, c'est pas appétissant du tout....

J'ai choisi de le plumer à chaud, et à sec, donc en avant pendant qu'il est encore chaud. Je tire les plumes, mais la peau vient avec par endroit, qu'est ce que je fais ? Bon, je continue, il faut bien. Les plumes volent partout , pfff....Certains endroits sont difficiles, et comme le poulet refroidit c'est plus dur d'enlever les plumes...J'en viens à bout après une demi heure environ.

Reste le plus répugnant: le vidage... Ca fait des floc floc et des bjrjere quand on met la main dedant, ça glisse, et la main devient grasse, ce qui n'aide pas... Il faut tirer fort pour tout enlever... Mais ai-je bien tout enlever ? Les boyaux gisent devant moi, tant pis je ne recupère pas le foie et le gésier au milieu de ce tas de trucs...

Bon il reste à brûler le restant de plumes, à laver le poulet, et à le mettre au frigo... Mais j'ai mis tellement de temps qu'il devient raide, et que pour le ranger dans le plat les pattes se plient mal ... Oh lala...

Le lendemain, "la viande" passe au four. On s'est franchement régalé, ce qui nous a fait un peu oublié le cauchemar de la veille... Même que depuis, on a remis ça, jamais avec plaisir, mais à chaque fois avec plus de technique... On sera bientôt au point, je vous le promets !!!

Alors à tous ceux qui hésitent, lancez vous, au fond ce n'est pas si terrible, et c'est tellement bon !!!